Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • L'école des Beaux-Arts à Buenos Aires... en 2 événements mondains !

    La semaine dernière, par le plus grand des hasards, nous avons été invités à deux réceptions dans deux bâtiments symboliques de l’influence architecturale française en Argentine… tous deux construits par les mêmes architectes, Paul Pater et Louis Dubois.

     

    Lire la suite

  • Trouver une voiture de location à Cuba… un défi !

    Notre projet de vacances était de découvrir l’île des Caraïbes de manière itinérante… et autonome. Pour cela, pas d’autre choix que de recourir à une voiture de location. Nous n’avions pas voulu louer par internet, car plusieurs amis nous avaient fait part des arnaques existantes (location à des agences qui n’existent pas ; paiement de la location et pas de voiture une fois arrivés à La Havane…). Nous avions donc décidé de chercher une fois sur place. Nous avons vite compris que ce ne serait pas une mince affaire. Seules deux agences existent : Cubacar (Transtur) et Rex.

    De fait, la seule que nous avons vue partout est Cubacar (Transtur). Face à un tel monopole (au bénéfice du gouvernement), évidemment, pas de négociation possible ! Là n’était pas le plus embêtant… ce qui, si, l’était vraiment est que les agences dans lesquelles nous entrions nous répondaient invariablement « Ah, non, nous n’avons pas de voiture libre et nous ne pouvons pas vous dire quand nous aurons ! ». Après de longues recherches, une agence nous répondit finalement qu’elle aurait peut-être une voiture en fin d’après-midi ; même son de cloche à l’hôtel Presidente de Vedado… Deux touches, il fallait bien que l’une d’elles fonctionne !

    Finalement, nous rappelons dans l’après-midi la première agence. Une petite KIA est disponible… c’est une boîte à sardines, mais peu importe c’est mieux que rien ! Nous allons signer les papiers et hop, nous voilà équipés ! Et autant dire que nous sommes passés près de la berezina. Le lendemain matin, nous repassons à l’agence pour signer un autre contrat (il manquait un autre conducteur) et le gérant nous dit que nous avons eu de la chance. Peu après notre départ, un ordre du gouvernement réquisitionnait toutes les voitures de location de La Havane !

    Et puisque nous en sommes au chapitre voiture, j’en profite pour vous raconter nos quelques anecdotes routières…

    Ne pas oublier :

    • Des cyclistes, des vaches, des carrioles de tout type circulent sur l’autoroute

    • Les routes ne sont pas éclairées la nuit

    • En dehors de l’autoroute (la carretera central) dans un état correct, les autres routes réservent des surprises ! Elles gondolent (oui, oui), certaines sont pleines de trous, elles se transforment parfois en chemins de terre (à Baracoa ; nous avons mis 2H pour faire 30 km sur un route rocailleuse à souhait). De manière générale, l’entretien des routes est donc un mystère !

    • Des contrôles policiers peuvent se révéler particulièrement énervants…

     

    Nous avons donc un peu tout testé ! Le plus « divertissant » ?

    • Une route de montagne prise un peu trop à vive allure… et le pare-choc arrière que l’on découvre au prochain arrêt brinquebalant, tandis que le pare-choc avant présente des chocs difficiles à masquer à la restitution de l’auto ! Hop, hop, Igor qui sait tout faire nous rafistole pare-choc arrière et nous allons déclarer le sinistre pour le pare-choc avant (seul moyen de ne pas payer la franchise !). Nous omettons avec la délicatesse notre vitesse sans doute un peu trop élevée sur les hauteurs de Trinidad !

    Kia à Trinidad.jpg

     

    • A Baracoa, ce petit village de pêcheurs, tout à l’est de l’île, la seule anecdote vraiment déplaisante du voyage. Nous venons d’arriver et tentons de nous repérer. Nous suivons des vélos, quand soudain au détour d’un virage, deux flics nous demandent de nous arrêter.  Devant nous, deux autres voitures de touristes sont arrêtés. Ca sent le traquenard… Et ça en est un ? Les policiers sont postés derrière un tournant où une flèche « tournez à droite » est dissimulée. Impossible de deviner qu’il est impossible d’aller tout droit. Et hop, 60 dollars d’amende ! Des flics intraitables, avec qui très rapidement, on n’a pas envie ni de plaisanter, ni de négocier. Ils nous donnent une facture que l’on doit aller régler dans un bureau du centre de Baracoa. Nous racontons l’histoire à la famille chez qui on s’installe pour la nuit. Ils tombent un peu des nues et nous disent que pour les locaux, l’amende est de 30 pesos cubanos (environ 60 fois moins).

    Nous avons essayé de ne pas payer… Mais nous sommes fait rattraper à La Havane !

    C’est la seule fois où nous avons vraiment eu affaire à des personnes extrêmement désagréables, et dont le but était semble-t-il de remplir des quotas d’amendes posées aux touristes !

     

    Kia sur la route de l'est.jpg

     

    Pour tout le reste, notre petite KIA a été d’une grande fiabilité et pourtant avec nos 1800 kms avalés, on ne l’a pas ménagée ! Elle aura été de toutes nos découvertes et toutes nos aventures !

     

     

     

  • Déambuler dans la Havane

    Enfin, nous sommes installés. Pour nous rendre au centre historique, nous passons par le fameux boulevard maritime de La Havane : le Malecon… On imagine La Havane il y a 60 ans, à l’époque où toute la mafia américaine se rendait à Cuba pour des soirées de débauche bien connues, le Malecon devait résonner des cris de la fête permanente et des klaxons des corvettes triomphantes. Aujourd’hui, les vieux bâtiments coloniaux n’ont plus tous fière allure (mais nombreux sont-ils en rénovation), et ce sont les pêcheurs que l’on entend le plus !

     

     

    Nous bifurquons bientôt vers l’intérieur de la ville... Dans les rues colorées de Centro Habana, les magnifiques demeures coloniales ressemblent à des princesses maltraitées… la pierre s’est depuis longtemps effritée, les belles moulures sont désormais en dents de scie, des fissures font craindre le pire, et justement à notre passage, un gros bloc de pierre s’effondre d’une terrasse ! La Havane a ses risques secrets. Conseil : évitez-y les trottoirs, marchez au milieu de la route !
    Ici la vie fourmille, on se regroupe dans l’embrasure des portes, on s’interpelle depuis les balcons, on tape la discute autour du chariot du marchand de fruits…

     

    P1010329.JPG

     

    Et voilà bientôt la place du Capitole et sa belle avenue de ramblas. S’ouvre alors l’autre Havane, celle des grands hôtels, des vieux palais, des forts et des églises séculaires. L’UNESCO a versé une fortune pour la rénovation du vieux centre grâce aux efforts de l’ « Historiador de la ciudad », Eusebio Leal Spengler, dont on retrouve le nom en maints endroits de la ville (le centre historique a été classé Patrimoine de l’UNESCO en 1982).

     

    P1010363.JPG

     

    Bien sûr, il suffit souvent de sortir de l’une des rues principales pour que l’on retrouve des presque ruines et des tas de gravats ; des maisons qui ne tiennent qu’à un fil (enfin, à une poutre), habitées sans doute par des habitants funambules…

    Partout en tout cas, le même soleil, la vie quotidienne pétrie au sel caraïbe. Dans des cages suspendues, des canaris, des perroquets et même des pigeons chantent… sans doute la chanson du peuple cubain, qui peine à pouvoir sortir son île.

     

    P1010455.JPG

     

    Après avoir visité le musée de la Révolution, vibrant des idéaux du Castro des années 50 et du Che éternel, on passe devant le yacht Granma dans son blindage vitré. Sans doute, le seul yacht du monde considéré comme une relique, un objet sacré. C’est à son bord que Castro, Che Guevara, et le noyau dur des initiateurs de la Révolution ont débarqué à Cuba en 1959. Et bientôt mis fin au régime dictatorial de Battista.

     

    P1010434.JPG

     

    Le musée –d’ailleurs très cher, les touristes n’arrêtent jamais de financer la « Révolution »- présente une scénographie des années 60… Peut-être bien que c’est le symbole même de l’île. La fameuse révolution s’est arrêtée dans les années 60 ; les décennies qui ont suivi n’ont porté aucun fruit. La faute à l’embargo, sans doute ; la faute au gouvernement sans doute aussi.

    Dans une ruelle adjacente, nous achetons de l’eau à un kiosquier. On commence à parler… Son désenchantement s’écoule alors sans s’arrêter. « Les touristes paient 10 dollars l’entrée du musée… et les salariés eux gagnent 20 dollars par mois. C’est ça Cuba ! Des faux-semblants de révolution et un gouvernement qui s’en met plein les poches. Imaginez, la bouteille d’eau (d’1,5 l) produite ici-même à Cuba, est vendue à 2 CUC (2 dollars)…. Aux Cubains eux-mêmes. Voilà la révolution ».

    Et en effet, on apprend vite que les Cubains ne boivent quasiment jamais d’eau minérale dont les coûts sont prohibitifs. Heureusement, bien sûr, l’eau courante est potable. Mais cette production industrielle locale faite pour les touristes reste malgré tout plus que surprenante.

    Un soir, nous allons nous percher sur la terrasse de l’hôtel « Ambos mundos », lieu de prédilection d’Hemingway. Le soleil se couche sur ce Cuba que l’auteur du Vieil Homme et la mer adorait.