Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

valparaiso

  • La tres rocambolesque aventure de Norbert

    cComme vous le savez tous, par un facheux mercredi matin, j'oubliai Norbert sur le lit de notre hotel a Talca. La couverture etait aussi rouge que sa casquette et je perdis a ce jeu de camouflage mon compagnon prefere. Il ne me fallut que 15 a 20 minutes apres notre depart de l'hotel pour realiser le dramatique oubli, mais deja le bus pour Valparaiso nous tendait les bras signifiant de maniere irrevocable un au-revoir a Norbert.

    J'abandonnai donc mon "perrito" dans cette bourgade provinciale quelque peu ennuyeuse, capitale de la region VII. L'abandon devait etre provisoire car on ne laisse pas ainsi choir sa mascotte de voyage, non ? Arrivees a Valparaiso quelques heures plus tard, Daphne et moi nous mimes en quete d'un telephone public afin d'avertir au plus vite l'hotel del Puente et s'assurer par la-meme que Norbert ne connaitrait pas le meme sort que mes lunettes : oubliees puis derobees!

    Je mis toute la conviction possible dans les tremollos de ma voix pour ne pas laisser de doute sur le serieux de mon attachement a cette petite peluche canine, et on finit par me confirmer que le perrito avait bien ete retrouve et se tenait a ma disposition... Il fallut ensuite parler au directeur de l'hotel pour lui expliquer la difficile situation (norbert a Talca, moi a Valpo!). Il accepta alors de deposer Norbert a la premiere du lendemain -jeudi- au Correo Chile, contre la modique somme de de 6400 pesos a virer sur son compte courant (le montant de l'envoi me dit-il).

    Le coeur plus leger, Daphne et moi pouvions partir a la decouverte de Valparaiso. Nous savions que le colis risquait d'arriver le vendredi mais nous avions decide de se consacrer ce jour-la a l'ascension du Cerro Campana. Nous reportames donc au samedi la recuperation de Norbert.
    Le jour dit, levees bon pied, bon oeil, nous verifiames d'abord aupres de la reception que le courrier n'etait pas passe, mais on nous indiqua qu'il etait plus simple de se rendre directement au bureau de poste. Nous demandames ensuite et obtinmes la confirmation que la succursale etait bien ouverte le samedi. C'est ainsi que nous nous dirigeames le coeur en joie vers le Correo. Et la, catastrophe ! stupefaction ! Arrivees devant, il ne nous resta qu'a constater que la Poste etait fermee! Nous jetames alors un coup d'oeil alentour pour decouvrir que quasi tous les magasins et bureaux etaient fermes...Renseignement pris aupres d'un epicier, il apparut que le 31 octobre etait un jour ferie... et ce pour la premiere fois au Chili (jour de l'eglise protestante et evangelique, loi promulguee par Bachelet fin 2008)! Quelle veine...

    J'appelai alors le directeur de l'hotel pour le prevenir que le virement n'etait pas encore fait et que par ailleurs, j'allais me retrouver les bras ballants. En effet le dimanche nous devions partir pour le Nord compromettant de maniere tres serieuse le sauvetage de mon compagnon. Et que m'apprit là le siñor de l'hotel ? Qu'il avait envoye la Bete en poste restante et qu'il avait un numero de reference a me communiquer. Et pourquoi il ne m'avait pas appelee avant pour me donner ces infos, on se le demande, puisqu'il avait insiste pour avoir les coordonnees de l'hotel a Valpo...

    Nous quittames donc Valparaiso le dimanche, en laissant une nouvelle fois Norbert derriere nous. Pauvre petit Norbert enferne dans une boite noire, lui qui avait pris l'habitude des grands espaces! J'etais prete a renoncer mais Daphne me convainquit de poursuivre nos efforts pour ne pas faire de Norbert un orphelin de mere! C'etait reparti pour un tour!

    Des qu'il nous fut possible de trouver un telephone a La Serena, nous appelames le courrier. Je demandai s'il etait possible de faire suivre le colis a San Pedro de Atacama, notre etape suivante. Premier obstacle : pas de succursale de la Poste a San Pedro. Deuxieme obstacle : la procedure... les transferts de ville en ville ne semblaient pas chose courante. Et finalement apres d'interminables minutes d'attente, le verdict tomba. On pouvait m'envoyer Norbert a Calama, ville ou se situait le bureau le plus proche. Proposition acceptee! Il s'avera ensuite que Calama etait quand meme a 106 km de San Pedro, ce qui impliquait donc qu'une journee entiere devrait etre consacree la recuperation du Bebert!

    Voici qu'arrive aujourd'hui, le jour fatidique. Je prends un bus a 10h30, arrivee prevue a 12h a Calama. J'ai un retour pour San Pedro a 13h. Daphne m'attendra dans l'oasis du desert. A 12h10, je saute dans un taxi. 5 minutes plus tard, je suis au bureau de la Poste. Je donne le numero de reference et mon passeport, et quelque 45 secondes plus tard, arrive bien emballé dans un paquet d'Alfajores au dulce de Leche, NORBERT !!!

    SDC11685.JPG




    Mon petit chien a ainsi parcouru en 8 jours pres de 2000 kms avec la poste chilienne, quelle aventure!
    Merci a Daphne pour son extraordinaire implication dans le sauvetage de Norbert!!

  • Un autre paradis

    SDC11396.JPG Dans la ville aux 45 collines, nous avons pose quelques jours nos valises pour regarder les bateaux partir, les ascenseurs monter, les escaliers descendre, et les rues se tortiller. Ah Valparaiso... la ville ondule et se prelasse lascivement au fond de sa baie; les maisons sont comme des feux d'artifice, vertes, jaunes, roses, bleues et si elles sont blanches, les graffitis les egayent. Le temps passe plus lentement ici pourtant les yeux sont constamment en alerte, mais c'est l'air de la baie qui les apaise. C'est le temps des odes : aux oignons, a l'amour, au bouillon de congre, au jour heureux, a l'artichaud...Est-ce la ville qui rend les gens genereux ? Ce serait joli un monde ou nous aurions tous un voisin comme Pablo Neruda.

    Il faut aussi savoir quitter les villes envoutantes pour que ne se rompe pas le charme, alors nous prenons une pause et partons vers d'autres hauteurs frequentees un jour par Darwin : une journee au Cerro Campana pour se griser d'air pur et de verdure.

    SDC11451.JPGNous avons grimpe au milieu des bosquets, nous avons souffert dans la rocaille et en plein cagnard, nous avons vu peu a peu les montagnes s'approfondir et les lignes de relief se former, nous avons croise des cactus et entendu les chants des rapaces toujours plus pres, et au sommet, 7 kilometres et un denivele de 1500 metres plus tard, nous avons decouvert devant nos yeux enchantes la Cordillere et l'Aconcagua comme un roi dominant sa Cour. Face a la Montagne magique, nous nous sommes assises. Apres avoir pense a mediter, nous avons prefere simplement boire et manger :-) SDC11506.JPG

     

    Revenues a Valpo, nous avons pris 2 jours pour nous consacrer au Poete (Neruda) : une journee pour visiter sa maison a Isla Negra et une dernier belle balade au sommet de Valparaiso, avant de decouvrir la Sebastiana. Je me permets un tout petit conseil de lecture, amis lecteurs ! En dehors de sa tres belle, emouvante, drole et parfois tres engagee poesie, Neruda a ecrit de magnifiques memoires : "J'avoue que j'ai vecu". C'est une sublime confession.

     

  • Moi et Jaime...

    Non, je ne peux pas resister au plaisir d'ecrire sur un sujet qui vous passionne tous... vous voulez savoir qui est Jaime ? Ma nouvelle rencontre en date. Il habite a Viña del Mar, la banlieue chic de Valpo... et a pour profession sympathique celle du chirurgien dentiste... Et pourquoi je le vois ? Non seulement parce qu'il est fort agreable mais surtout parce que ma bouche etait pour le moins sensible ces derniers temps. Je le sais, la vie de mes dents vous interesse!! Figurez-vous que j'ai appris hier que j'etais attente d'une GUN: gingivite ulcéro-nécrotique. Ca en jette, non? Et je vous promets que je me lave les dents !!

    Wikipedia dit que : "Les facteurs favorisants sont l'accumulation de plaque dentaire, le tabagisme, le stress psychologique, la malnutrition et l'immunodépression sévère". Je savais que ca vous ferait plaisir de lire ca ;-)

    Sinon, tout va bien !! (ah oui aussi, j'ai oublie Norbert il y a 2 jours dans notre hotel a Talca; je suppose que ca vient de la, le stress psychologique et l'immunodepression severe!).

    Je pars, Jaime m'attend!!