Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Premières rencontres, premières réflexions sur la vie à Cuba

    Monter dans le taxi de l’aéroport, parler au chauffeur : vous apprenez déjà quelques faits basiques dont vous aviez vent. Avoir une voiture à Cuba est tout à fait exceptionnel. À part les vieilles américaines des années 50, sans cesse réparées, cajolées, liftées, et les fameuses Moskvich soviétiques, symbole manifeste des relations entretenues longtemps entre Cuba et l’URSS, on ne voit ici que très peu d’auto. Très difficiles à importer du fait de l’embargo, les seules bagnoles qui rentrent ont un prix totalement prohibitif (par ex. 40 000$ pour une Kia qui ressemble à une coquille de noix ; c’est la voiture que nous louerons).

    P1010420.JPG
    Vieille voiture américaine dans les rues de La Havane

    Sans parler du prix de l’essence, environ 1,30$ le litre, alors que le salaire moyen se situe autour de 20$. Nous le verrons tout au long du voyage : les routes cubaines sont généralement désertes ! Circuler à l’intérieur de l’île par ses propres moyens est un luxe inouï.

     

    De l’aéroport jusqu’au centre de la Havane, quelque chose retient toutefois notre attention : l’excellent entretien des abords des routes et des maisons environnantes. Et il ne s’agit pas là d’un entretien de « propagande ». Cuba est une île très bien entretenue, d’une part par les milliers de fonctionnaires qui s’occupent de bien nettoyer les routes, et d’autre part par la population qui semble prendre grand soin de ses biens. Ici, pas de décharges sauvages comme on peut les rencontrer dans de si nombreux pays dits du « tiers-monde ». En même temps, il est vrai que les biens étant rares, la problématique des emballages superflus n’existe pas.

     

    P1010397.JPG
    Un espace vert à Vedado (La Havane)

     


    Nous arrivons enfin à La Havane. Le taxi nous dépose aux pieds d’une casa particular qui nous a été recommandée par un Cubain russophone rencontré à l’aéroport José Marti. D’emblée, on se rend compte qu’il s’agit là d’un vrai business et non d’un simple « bed & breakfast » familial. Plusieurs personnes – qui semblent des employés –s’agitent (à faire la cuisine, à répondre au téléphone…). Bientôt on nous indique que ce soir, c’est une voisine qui nous mettra sa casa particular à disposition. Le lendemain, en revanche, nous devrons changer et aller dans un appartement de la propriétaire « initiale ». Cette dernière, Nuria, finit par surgir ; d’emblée elle cherche à nous vendre des cigares, des circuits organisés dans la ville, le tout en se dépilant la barbe devant nous !

    Pas de conversation possible avec elle, mais déjà une impression : il existe une forte économie parallèle (mais déclarée) liée au tourisme. Quand on dit que le salaire moyen est de 20$, l’information est exacte, mais très nombreux sont les Cubains qui ont un autre travail généralement lié à la présence des touristes. Quand on sait que le prix moyen d’une chambre chez l’habitant à La Havane s’élève à 20-25 dollars (deux monnaies coexistent à Cuba : le Peso cubano – 1US$ = 25 pesos cubanos ; et le CUC pour les touristes, 1 US$ = 1 CUC), on voit l’apport significatif de revenus que cela représente ! Bien sûr, pas de quoi devenir le roi du pétrole, mais de quoi vivre un peu plus confortablement.

     

    Ce qui étonne de fait, dans les casas particulares (toutes celles où nous avons été), c’est que les installations sanitaires sont généralement impeccables, la plupart sont équipées de télévision… seule la qualité médiocre de la literie témoigne de la difficulté à s’approvisionner en certains biens de consommation.

     

    P1010492.JPG
    Vue de notre salle de bain dans Centro Habana

     

    Dans plusieurs maisons, les propriétaires ont même des écrans LSD, dont on se demande d’où ils arrivent et avec quel argent ils sont payés. Quand on demande, une des réponses que l’on obtient est en lien avec les Cubains vivant aux États-Unis. Ceux-ci font rentrer des sommes importantes aux pays, quand ce n’est pas le bien en lui-même.

    Ah oui, car précisons-le d’emblée et tordons le cou à certaines idées reçues : les Cubains vivant aux États-Unis peuvent voyager à Cuba et les Cubains eux-mêmes peuvent se rendre aux États-Unis (pour cela, il faut « juste » avoir beaucoup d’argent et quelqu’un les accueillant sur place).

  • Arrivée à la Havane

    À peine descendus de l’avion et avant même de franchir les contrôles de passeport, nous avons été interpelés par une jeune femme aux collants de résille (dont les Cubaines raffolent), qui souhaitaient nous poser « quelques questions ». Dans un moment étrange d’ingénuité, je lui ai répondu sincèrement quand elle m’a demandé dans quel domaine je travaillais, « une agence éditoriale », et quelles études j’avais faites, « sciences politiques ». Oh l’erreur de débutant !!

    Elle m’a aussitôt demandé de la suivre à l’écart pour un mini-interrogatoire en règle. « Que fait exactement votre agence ? Que publiez-vous ? Quels sont vos clients ? En quoi consistaient exactement vos études ? Avez-vous déjà travaillé dans une ONG ? »… Ambiance…

    J’ai répondu de la façon la moins suspecte possible, en n’oubliant pas cette fois d’omettre et de maquiller certains faits, et je m’en suis sortie avec une simple « frayeur ».

    Première impression : tout le monde n’est pas bienvenu à Cuba… Surtout si vous savez manier un stylo et que vous avez possiblement été exposé aux théories du capitalisme !

     

  • Chronique cubaine - Introduction

    Voici enfin mes chroniques de voyage sur notre récent séjour cubain ! Je les publierai sur plusieurs jours !

    Pour beaucoup de touristes, Cuba est avant tout synonyme de plages de sable blanc et d’eaux turquoise… Probablement parce que le gouvernement les a longtemps « orientés » vers Varadero, cette péninsule de faux semblants créée pour le tourisme international.

    Vue aérienne de Varadero.jpg
    Vue aérienne de Varadero

    Mais venir à Cuba, sans voir et sans essayer comprendre les spécificités économiques, politiques et sociales de l’île, c’est vraiment jouer le rôle du singe aveugle, sourd et muet. Le développement exponentiel de l’industrie du tourisme n’aboutit-il pas d’ailleurs de manière systématique à ces voyages où ne règne que la vacuité ? Nous voulons tous des moments de repos, couper avec la routine et se dévouer à notre bien-être… mais, por favor, gardons les yeux ouverts !

    Pour paraphraser Rabelais « Voyage sans conscience n’est que ruine de l’âme ». La dramatique actualité tunisienne, où des touristes se prélassant sur la plage de Sousse se sont faits sauvagement assassinés, rappelle qu’en voyage nous ne pouvons pas juste penser à notre plaisir. Il faut être conscient de la situation du pays, mais plus encore, tenter d’aller à la rencontre des populations, ne pas se cantonner à ces complexes touristiques aseptisés, qu’on imagine –à tort, on vient de le voir- comme des bulles de plaisir bucolique.

    Alors, pour revenir à notre voyage, oui, Cuba possède de magnifiques plages qui valent le détour. Mais la plus grande île des Caraïbes possède aussi une histoire tellement à part, et des problématiques si singulières, que visiter l’île sans chercher à y voir plus clair est proche du crime intellectuel ! Il ne s’agit pas là de culpabiliser qui que soit, mais d’inviter à voir le voyage comme un acte responsable.

     

  • Portrait d'enfants à Cuba

    P1010332.JPG

    La Havane

    P1010455.JPG

    L'enfant aux pigeons, La Havane

    P1010477.JPG

    L'enfant au paquet de bonbons, La Havane

    P1010892.JPG

    L'enfant du pavé, Trinidad

    P1020035.JPG

    Les enfants aux jouets, Santiago

    P1020159.JPG

    La petite fille au sourire, Santiago

    P1020165.JPG

    L'enfant assis, Santiago

  • Cayo Guillermo, un coin de paradis à Cuba

    P1020419.JPG

    Les flamants roses de Cayo Guillermo

    P1020506.JPG

    Playa Pilar

    P1020514.JPG

    Playa Pilar

    P1020551.JPG

    Hotel Gran Caribe

    P1020560.JPG

    Tempête au loin

    P1020628.JPG

    Flâner à Cayo Guillermo

    P1020639.JPG

    Les eaux turquoise-émeraude du Cayo

    P1020659.JPG

    Un kite à la mer

    P1020678.JPG