Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Dans les chroniques de Buenos Aires...

    Cette semaine, j'ai privilégié mon blog "Chroniques de Buenos Aires" !

    Vous y retrouverez un article sur le soja en Argentine (ne croyez pas qu'il s'agisse là d'un thème anodin...), une brève sur l'état de santé de la présidente, et une invitation à découvrir le "street art" dans les rues de Buenos Aires !

    En avant-goût, je vous mets quelques photos prises hier dans mon quartier :

    street art, buenos aires, parque centenario

    street art, buenos aires, parque centenario

    street art, buenos aires, parque centenario

  • Noël à Buenos Aires !


    Chers lecteurs, j'espère que ces deux derniers jours ont été pour vous l'occasion de passer de belles fêtes accompagnées de vos plus proches!

    1.joyeux noel bis.JPG



    A Buenos Aires, un ciel radieux était au rendez-vous ! Aujourd'hui après une "noche buena"(réveillon) extrêmement pétaradante et arrosée pour certains, le centre-ville était étrangement vide, calme et serein.

     

    1.rue désertée.JPG

     


    Pas un bruit devant la cathédrale, et à l'intérieur le recueillement; après la communion, les fervents sont allés embrasser un enfant Jésus posé sur une colonne près de l'hôtel, les bras tendus.
    Etrange moment de solennité, qui laissait oublier que la joie devait être aujourd'hui à son point culminant !

     

    1.cathedrale 25 décembre.JPG 1.devant jesus.JPG


    Dans le port de Puerto Madero, mon objectif a capté des passants... et des tortues en train de bronzer sur une épave !
    Noël dans l'hémispère sud est vraiment étonnant !

    1.promenade puerto madero.JPG

    1.tortues sur épave.JPG

    1.tortue puerto madero.JPG


    Je vous souhaite une délicieuse semaine pour clore 2011 !
     

  • 22 décembre : une date à retenir... La fin du monde est proche ?

    Aujourd’hui est un jour important, à plus d’un titre.

    colo-gorille-devenu-grand.jpgLe 22 décembre, c’est l’anniversaire de Vanessa Paradis, de Sergi Lopez, et d’autres illustres personnes que je vous laisse le soin de deviner ;-)

    Et si l'on regarde ce qui s'est passé dans l'histoire un 22 décembre, on découvre
    > qu'en 1952, sort la première corvette;
    > qu'en 1956, naît dans un zoo de l’Ohio le gorille Colo, premier gorille à naître en captivité (en photo, un peu plus vieux);
    > qu'en 1989, se réouvre la porte de Brandebourg à Berlin.

    Bref, de nombreux événements de taille!

    Mais le 22 décembre le plus important n’est pas encore arrivé. Il faut encore patienter un an...

    Alors, que se passera-t-il donc le 22 décembre 2012 ? Eh bien ce n’est ni Elisabeth Teyssier, ni je ne sais quelle madame Soleil qui l’a déjà annoncé, mais la civilisation Maya ! Et comment le sait-on ? Car ils ont laissé des manuscrits.

    En effet, après l’arrivée des colons espagnols, des descendants de mayas consignent par écrit une somme de connaissances aujourd’hui connues sous le nom de « prophéties mayas ». Ces manuscrits sont appelés Chilam Balam et le plus important d’entre eux est découvert dans la ville de Chumayel (Yucatan).

    D’après ces écrits, le 22 décembre 2012, se terminera un cycle de 5125 ans et s’achèvera ainsi le monde tel que nous le connaissons. Pas tout à fait la fin du monde, mais la fin d’un monde qui en laissera surgir un autre.

    Préparez-vous: J-365 avant le Grand Soir !!

    (moi j’attends de voir si ce sera l’avénement des Cités d’Or ;-)

    cites d-or.jpg

     

    >> Le Chilam Balam de Chumayel est accessible ici

    > Conséquence étonnante de la "fin du monde" prévue par les Mayas pour le 22 décembre 2012: le Mexique prévoit un envol de ses statistiques touristiques ! 52 millions de touristes étrangers au lieu de 22 millions en 2011 sont attendus pour cette année ! Source : El Universal (Mexico)

  • Grissinopoli, fabrica recuperada

    Vendredi dernier, nous allons à un spectacle de danse de la cousine de Manu.
    Je dois le rejoindre à l’adresse Charlone 55, que j’imagine forcément comme celle du théâtre, de la salle de danse, que sais-je encore ?

    Lorsque j’arrive, je me retrouve face à grand rideau métallique baissé sur un édifice qui ressemble plus à une usine qu’à un théâtre. En hauteur, des lettres forment le mot « Grissinopoli » ; joli nom pour une salle de théâtre, entre références à Fritz Lang, au Monopoly (le théâtre, c’est bien un jeu !), ou la Grisse ancienne :-)

    grissinopoli.GIFJe demande à Manu, si nous ne sommes pas trompés d’adresse, mais non. La représentation a bien lieu, ici même… dans cette usine ! Car Manu m’informe que Grissinopoli n’est rien d’autre qu’une usine de grissins. Enfin quand je dis rien d’autre… Elle est tellement plus !

    Grissinopoli est bien connue en Argentine car elle fait partie des « fabricas recuperadas » (usines récupérées), phénomène apparu au lendemain de la crise argentine de 2001.

    D’une brutalité sans pareil, cette crise met en extrême difficulté de nombreuses entreprises, quand ce n’est pas directement en faillite. Dans le cas de Grissinipoli, les patrons de l’entreprise commencent en 2001 par réduire les salaires, jusqu’à ne plus quasiment rien verser en juin 2002, ce qui déclenche une grève des ouvriers. Le 16 juin de cette année, les ouvriers exigent comme condition pour continuer à travailler que les patrons leur versent à chacun 100$. Les patrons de l’entreprise s’évanouissent alors dans la nature, laissant une entreprise lourdement endettée.
    grissinopoli le film.jpg
    Les ouvriers soutenus par d’autres entreprises récupérées, quelques partis politiques (dont le parti obrero) et tous les voisins du quartier, décident d’occuper l’usine et de la faire tourner, et ce en dépit de l’absence d’autorisations légales. Mais en novembre 2002 arrive la délivrance, la législature de Buenos Aires approuve l’expropriation de l’entreprise. Les ouvriers, regroupés dans une coopérative auto-gérée, La Nueva Esperanza, en deviennent les patrons !

    9 ans plus tard, l’usine tourne toujours, et pour remercier le quartier de l’avoir soutenue dans ces heures les plus noires, elle prête régulièrement ses locaux pour dans manifestations culturelles qui se déroulent au milieu même des installations !

    Je profitais ainsi d’un spectacle de danse aux saveurs de grissin!

     

     

    > L’histoire de Grissinopoli a fait l’objet d’un documentaire de Dario Doria (affiche ci-contre), primé au niveau international. D’ailleurs, je découvre en rédigeant cette note que ce documentaire vient d’être placé au centre d’un débat sur l’autogestion, organisé au MK2 Quai de Loire


    >  Sur le mouvement des usines récupérées, consulter le site fabricasrecuperadas

  • Création participative : 1000 facettes

    Chers amis lecteurs,

    DSCN8850.JPG

     

    La fin de l'année approche, et avec elle, les fameux voeux pour l'année à venir.

    Pour 2012, je voudrais vous offrir un texte de voeux original, dont vous seriez les "muses"...

     

     

    L'idée est la suivante :

    - Les lecteurs dont le prénom est situé entre les lettres A et L m'envoient un nom propre ou un nom commun

    - Les lecteurs dont le prénom est situé entre les lettres M et Z m'envoient un verbe.

    A partir de ces éléments, j'écrirai un texte de voeux que chacun de vous sera libre de réutiliser !

    Je compte sur votre participation enthousiaste !!!

    Pour m'envoyer le mot, mettez-le en commentaire de ce texte