Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Moi et Jaime...

    Non, je ne peux pas resister au plaisir d'ecrire sur un sujet qui vous passionne tous... vous voulez savoir qui est Jaime ? Ma nouvelle rencontre en date. Il habite a Viña del Mar, la banlieue chic de Valpo... et a pour profession sympathique celle du chirurgien dentiste... Et pourquoi je le vois ? Non seulement parce qu'il est fort agreable mais surtout parce que ma bouche etait pour le moins sensible ces derniers temps. Je le sais, la vie de mes dents vous interesse!! Figurez-vous que j'ai appris hier que j'etais attente d'une GUN: gingivite ulcéro-nécrotique. Ca en jette, non? Et je vous promets que je me lave les dents !!

    Wikipedia dit que : "Les facteurs favorisants sont l'accumulation de plaque dentaire, le tabagisme, le stress psychologique, la malnutrition et l'immunodépression sévère". Je savais que ca vous ferait plaisir de lire ca ;-)

    Sinon, tout va bien !! (ah oui aussi, j'ai oublie Norbert il y a 2 jours dans notre hotel a Talca; je suppose que ca vient de la, le stress psychologique et l'immunodepression severe!).

    Je pars, Jaime m'attend!!

     

     

     

  • Du soleil a Chiloe

    Ce titre est une figure de style proche de l'oxymore. J'aurais aussi pu dire "du soleil a Pucon" du nom de notre precedente etape. Fatiguees des temperatures clementes de Santiago et desireuses de porter notre combi integrale hiver, Daphne et moi avons pris la route du Sud il y a maintenant 4 jours. Ah doux bonheur!

    Arriver dans un Pucon detrempe ou les rues ressemblent par endroit a des lacs, admirer le savant ballet des nuages multicolores (gris clair, blanc, gris fonce, noir et "a veces" dore ou gris bleute!), prendre son courage a deux mains et sortir pendant l'eclaircie (duree approximative : 2 min 30) pour decouvrir le lac (le vrai) qui borde cette station huppee, en chemin faire la connaissance de Punco, le chien, un charmant berger allemand abandonne (comme tant de chiens au Chili) qui devient vite notre fidele compagnon, affronter avec vaillance le froid glacial qui regne.

    SDC11126.JPG

    Cette errance affriolante nous donne bientot envie d'un peu de chaleur... 2h dans des sources chaudes ou la pluie s'invite parfois et nous voila requinquees! Nous pataugeons suavement et n'hesitons pas a sortir en petite tenue pour aller de bassin en bassin. Un poete present aurait pu dire de notre course allegre sur les pierres et gravillons, qu'elle ressemblait a l'elan gracieux de la poule prete a s'envoler.

    L'experience puconienne est interessante et aussi magnifiques que puissent etre les parcs nationaux de la region, nous decidons d'aller encore plus loin dans cette quete du froid, venteux, pluvieux... Precisons que nous n'avons jamais vu le volcan Villarica sortir de sa brume (c'est l'une des vues les plus celebres de Pucon). Nous partons donc pour l'ile de Chiloe encore plus au sud, au bord de la Patagonie chilienne.

    Apres 10h de bus et une traversee en ferry, le verdict est implacable! Chiloe est l'ile des arcs-en-ciel, des collines verdoyantes (si vertes), des genets a perte de vue, des maisons en bois aux cheminees fumantes...! Formidable donc, il y a aussi de la pluie a Chiloe !!

    SDC11140.JPG


    Notre hospedaje a Castro, la capitale de l'ile, nous donne l'illusion d'un cocon chaleureux (mais cette idee nous deplait d'emblee :-) Heureusement, la premiere nuit arrive et meme recroquevillees sous 15 couvertures, il n'y a pas de chaud qui tienne. Quasiment toutes les maisons ici sont chauffees au bois et Daphne ne veut pas se lever au milieu de la nuit pour aller assouvir la faim du poele collectif, vilaine !!

    Et lorsque le jour se leve, etrangement, le titre de cette note devient realite... il y a du soleil a Chiloe! Et bien etrangement aussi, figurez-vous qu'on s'y habitue et que cela nous fait presque plaisir... Nous nous embarquons pour une viree sur la petite ile de Quinchao, en compagnie d'Adrienne et Cecilia, une Hongroise et une Portuguaise toutes deux francophones. Une balade au sec, cela faisait si longtemps; nous nous arretons a midi dans un petit resto local ou l'on fait la connaissance d'Alejandro et Rodrigo, qui y vont fort sur l'Escudo, mais avec qui on rigole bien ! Apres le dejeuner, nous partons voir la belle eglise en bois (caracteristique de Chiloe) et d'un point de vue en hauteur, nous voyons meme la Cordillere!

    SDC11259.JPG

    Nous profitons.... et ca, c'est un euphemisme !

    SDC11202.JPGSDC11257.JPG

    PS: nous sommes parties hier soir vers Talca. Larguees a 7h du matin au bord d'une autoroute... Reveillees 3 minutes avant l'arret... Dans la precipitation, j'oublie mes lunettes de vue. Eh bien croyez le ou non, lorsque j'appelle les objets perdus de la compagnie en question, ils me disent que rien n'a ete retrouve dans le bus... qu'est-ce qu'on s'allege dans ce pays....

    PS2: j'ai telecharge pas mal de photos de ce periple dans l'album Chili, allez voir!

  • Santiago, dia y noche

    Un verre apres l'autre, de quartier en quartier, quelques mots sur nos virees qu'elles soient diurnes ou nocturnes : commencons par la premiere, epatante, a la Piojera. Mardi, nous rencontrons a l'auberge Frederick, un Suedois, ami de Franck, un Americain que j'avais rencontre a Mendoza. Il vit a l'hostel et nous accompagne pour le dejeuner au Marche Central ou nous degustons un saumon et un pastel de jaibe (une sorte de puree de crabe pas mauvaise), je passe sur le fait que l'argent que nous avons laisse sur la table pour payer l'addition s'est volatilise entre le moment ou l'on s'est leve et le moment ou le serveur est alle le chercher, on le verra bientot, c'est Santiago...
    Frederick veut ensuite nous faire decouvrir un etablissement local typique et nous voila ainsi plongees dans la Piojera ! Une clientele d'habitues, des murs couverts de graffitis et une boisson pas comme les autres qui se boit comme du petit lait (pour certains au moins!) : le terremoto, savant dosage de vin blanc et de Fernet dans lequel baigne de la glace a l'ananas. Ouhhh qu'on rigole bien! Quand on sort de la, a 16h, notre etat de fraicheur est relatif :-)

    SDC10938.JPG

    Le lendemain, nous optons pour une soiree au calme dans le quartier plutot huppe de Lasterria. Sandro le serveur nous joue un irresistible numero de charme et Daphne se voit decerner le titre de "best of the best"... je suis jalouse!!! Mais nous recueillons sur nos joues autant de baisers, c'est l'essentiel!

    SDC10964.JPG

    Hier, grande eclate du milieu de journee : dans le charmant quartier Paris-Londres, alors que nous sirotons un cafe et un the (je precise pour que l'on ne mette pas ce qui suit sur le compte d'une ivresse excessive :-), un bien subtile "ladron" derobe dans la nouvelle bourse de Daphne appareil-photo, lunettes de soleil et bricoles dont le voleur devra nous dire ce qu'il en a fait... Nous voila depitees ! Et Laure, je te vois deja dire que je porte la poisse... euh ben, je sais pas, peut-etre, mais pourtant j'ai les yeux bien ouverts !! Mais inattentifs aux mouvements enchantes.

    Entoncès, pour se consoler, car il faut se consoler n'est-ce pas, nous voila embrigadees par ma bande de potes de Mendoza dans une furieuse after-office party! Sur le Cerro Santa Lucia, nous entrons dans le Castillo, un lieu pour le moins branche ou semblent se reunir la jeunesse doree "santiaguinos" et les etudiants etrangers toujours en quete de moments forts. Plus tot nous avions commence par la cerveza locale, nous continuons avec du pisco, et bientot nous voyons surgir Mickael Jackson... Oh l'hallucination! Mais non, bientot son bras est sur notre epaule, ahhhh le frisson :-) La soiree se termine a 1h sur un dancefloor survolte par le reggaeton!

    SDC11020.JPG

     

    SDC11025.JPG

     

     

     

     

    Et ce matin, vaillantes en diable, nous prenons la direction de Pirque a une quarantaine de kilometres de Santiago ou Concha y Toro, une veritable multinationale du vin, a ses quartiers generaux. La visite ressemble plutot a une attraction facon Dysney, orchestree a la minute et surveillee de pres. Pas de deplacements intempestifs et imprevus dans le domaine; Julien, notre guide (de Beziers!) nous confirme que tout est bien regle. Y compris la degustation, 20 minutes pas une de plus pour 4 cepages differents. Des le 3e, Daphne et moi partons dans des grands eclats de rire, la faute a Daphne qui commence a renverser son vin partout pour en verifier la couleur !! Bientot, elle me dit qu'une chevre est une brebis et je commence a m'inquieter pour sa sante mentale ;-)

    SDC11057.JPG


    Vivement ce soir, une bonne nuit de repos dans le bus qui va nous conduire a Pucon, pour de nouvelles aventures exotiques!

  • Courru d'avance


    Je me suis arrachee de Buenos Aires dans la douleur, les larmes, le sang, tout ca!!, apres un dernier dimanche a flaner (oh le patio du musee Larreta, boire un mate sous la tonnelle), et partager une derniere fois une pizza et quelques Quilmes avec Flor, Diana et Manu; et pour vraiment bien finir, le soir a la Viruta, suivre une derniere classe de tango, boucle bouclee !

    Et puis j'ai survole les Andes pour rejoindre Santiago, des sommets de 7000 metres a portee de main, renversant! Daphne etait bien la; il faisait un temps resplendissant et nous avons deambule dans Santiago qui au premier coup d'oeil nous a paru une ville agreable. Pour celebrer nos retrouvailles et le debut de notre periple commun, nous avons bu du vin et avale une parilla a se detruire la panse!
    Nouveau chapitre :-)

  • No me gusto...Me encanto

    J'ai vu des montagnes effilees qui se refletaient dans des lacs turquoise
    Des iles comme des coeurs, des lacs comme des tigres,
    Isla Piuke, Lago Nahuel Huapi,
    Des oiseaux gigantesques survoler des sommets sans neige,
    Des glaciers noirs a force de cendre,
    Des neiges verticales sur des rochers vacillants,
    Des chevaux sauvages les pieds dans l'eau apres la tempete,
    Tendant l'oreille au pied du Tronador
    Pour s'assurer que le tonnerre continue de tonner
    Le glacier de se briser s'effondrer en contrebas
    Bientot la lagune retrouvera sa couleur perdue.

    SDC10462.JPG

     

     

     

     

     

    J'ai vu des terres arides qui se demandaient si la pluie reviendrait,
    Des villages perdus sous des nuages plus vastes que le ciel,
    Des couchers de soleil plus dores encore que les mosaiques dorees des eglises byzantines,
    Et parfois plus roses, plus rouges, plus tendres que l'herbe humide a l'aube.

    SDC10570.JPGJ'ai vu un baleineau jouer avec sa mere, improviser une choregraphie repetee,
    Se mettre sur le flanc, battre de l'aile, puis sur le dos, et rapidement s'enfoncer dans l'eau,
    Et nous faire croire qu'il peut etre une sirene. Bientot sortir de l'eau, oh qu'il est difficile le saut de l'ange
    Sans les ailes,
    Des elephants de mer paresseux paresser face a l'Atlantique, Peninsule Valdes,
    La mer est trop belle pour y croire, l'elephant possede sur son harem de 200 vahines un pouvoir bien etrange, mais elles tiennent leur revanche, elles vivent 60 ans,
    Il peine a atteindre 20. Cette vie, c'est trop de sacrifices :-)SDC10623.JPG
    Et des pingouins de Magellan qui passent leur temps a rire
    Meme quand le vent nous frigorifie. Surtout.

    J'ai passe des heures a rencontrer, a rire, a boire, a deguster, a palabrer,
    Des voyageurs, des cometes, des passants qui vont rester,
    Des amis...


    SDC10813.JPG

     

    Capitale,
    J'ai passe des heures a flaner-deambuler,
    San Telmo, Palermo, Vicente Lopez,
    Recoleta, Puerto Madera, La Boca...
    Et le tango sous les yeux si ceci restait a clarifier.


    Et je ne sais pas si je peux quitter Buenos Aires sans pleurer.
    ¿Che, lo sabes ?



    PS: Je quitte Buenos Aires lundi pour Santiago du Chili.
    Daphne, sache que je me rejouis de t'y retrouver!