Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • (145) Days of summer

    Aéroport de New York, JFK
    2 janvier 2010

    Voilà, c’est fini. A 6h du matin, alors que la neige tombait sur New York, dans le taxi et dans la nuit, j’ai vu le skyline de Manhattan s’éloigner tandis que je me rapprochais de JFK. Dans 12h, décalage horaire compris, la boucle sera bouclée, je poserai le pied en terre européenne. Londres-Londres. Il ne me restera qu’un saut de puce jusque chez moi (je pourrais vivre à l’autre bout du monde, je saurais toujours précisément où sont mes racines, on les emmène toujours en soi).


    576.JPGNew York pour clore a été enivrante au propre comme au figuré, malgré le froid glaçant comme un soir dans les néons éblouissants de Times Square où nous avons marché à -20°. Finir l’année et le voyage avec des amies. Le réveillon joyeusement cosmopolite a été une réussite, Chine, France, Inde, Finlande, Colombie, Etats-Unis… un doux mélange, un condensé de tour du monde, et la preuve qu’on peut faire le tour du monde dans son salon !

     

    559.JPGA NYC, encore quelques plaisirs glanés, l’aller-retour sur le ferry de Staten Island, une nouvelle traversée du Brooklyn Bridge, combien de conversations animées dans des lieux "so american", so newyorker, du café de Williamsburg au Roi de l’esturgeon, en passant par les coins et recoins du Lower East Side. Mention spéciale à mon dernier dîner avec Mymy au Keens, steakhouse since 1885 (pas tout jeune le steak!). Un air de prohibition partagé avec une personne que j’aime beaucoup. Sous les yeux d’une côte de bœuf effarouchée et d’un onglet réjoui, nous avons porté un toast à 2010. L’année sera belle ou ne sera pas (passera aux oubliettes).magazin de photo 635.JPG

     

     

     

     



    **

    Aéroport de Londres, Heathrow
    3 janvier 2010

    493.JPG


    En traversant l’Atlantique hier, j’ai regardé les nuages par le hublot et la nuit arriver trop vite pour mon organisme. J’ai encore pensé, c’est vrai que le ciel est un des plus beaux endroits du monde, et me suis rappelé cette rencontre dans un bus du Chili avec John, l’américain quadragénaire, ancien commando et voyageur depuis… 14 ans !!! Lorsque Daphné lui a demandé quelle était la plus belle chose qu’il ait vue au cours de ses pérégrinations, il nous a répondu : "Une nuit [dans le désert?], un incroyable ciel étoilé". Et c’est une chance de savoir que parfois, il suffit de sortir de chez soi et juste lever les yeux pour réaliser un voyage au long cours.

    Le voyage ne résout pas les incertitudes. Il trace d’autres pistes. Il ne faut jamais cesser les explorations.